Parmi les nombreux gestes que nous accomplissons tous les jours, serrer des mains est un des plus courant. A force de le répéter, il devient machinal, et nous n’y pensons même plus.

Pourtant, saviez vous qu’il était possible d’apprendre énormément de choses d’une personne en lui serrant la main ? D’ailleurs, la réciproque est vrai : quand vous saluez quelqu’un en lui serrant la main, vous lui transmettez beaucoup d’informations sur vous.

La poignée de main est particulièrement importante lors de la première rencontre. Votre maman avait raison, les gens se font une opinion de vous dés les premières secondes. Or, quelle est la première chose que l’on fait lorsqu’on est présenté à quelqu’un ? On lui serre la main, bravo ! (yen a au moins un qui suit, ça fait plaisir)

Par conséquent, si votre poignée de main n’est pas convainquante, si vous ne serrez pas comme il faut, vous pourrez trés bien passer dés les premières secondes pour une minable lopette, un tyran dominateur, ou un abruti dégénéré. Ce n’est pas ce que vous voulez, n’est-ce pas ?

Et bien, voyez comme je pense à vous ! Pour vous permettre de projeter une bonne première impression, pour vous apprendre à distribuer des poignées de mains convainquantes, je vous ai concocté ce petit guide des poignées de mains.

soumission, domination et statut social

Globalement, le fait de montrer ses paumes de main est un signe de non aggression, d’excuse et de soumission. Lorsque vous voulez montrer à quelqu’un que vous ne portez pas d’armes, vous montrez vos paumes ouvertes en écartant les bras du corps. Vous faites le même mouvement lorsque vous voulez prouver votre bonne foie ou votre innocence. Vous montrez encore vos paumes en disant « tu as raison », ou en mendiant quelque chose, ou encore en suppliant quelqu’un.

En revanche, cacher ses paumes en tournant les mains vers le bas est un geste d’autorité et de domination. Vous désignez quelqu’un avec votre paume tournée vers le sol lorsque vous lui donnez une directive ou un ordre.

Vous désirez connaître celui qui porte la culotte dans un couple ? Observez les marcher main dans la main. Trés souvent, celui dont la paume recouvre l’autre (paume vers le bas, donc) sera le dominant. La plupart du temps, c’est à monsieur que revient cet honneur.

Sur les photos, les hommes politiques tentent toujours de se placer à gauche, parce qu’ainsi, leur main recouvrira celle de leur interlocuteur. Malin, non ?

Ces différents mouvements trouvent un écho dans la poignée de main. Lorsque vous serrez une main, vous pourrez grosso-modo transmettre trois attitudes : autoritaire voire dominateur en tournant la paume vers le bas, ouvert voire soumis vers le haut, ou égalité avec l’autre.

Bien entendu, à moins d’être un maître en communication expert en langage corporel, toutes ces attitudes ne sont pas volontaires. Le message est transmis et reçu de manière inconsciente. Mais il est bien là, je peux vous l’assurer.

Autorité ou domination ?

Un individu dominateur aura tendance à diriger sa paume vers le bas en serrant les mains, pour montrer son autorité. De plus, la pression exercée par sa main sera plus importante que la moyenne. Vous pouvez avoir recours à ce type de poignée de main si vous saluez un subordonné, par exemple, ou encore si vous voulez paraître autoritaire et sûr de vous.

En revanche, prenez garde à ne pas abuser, car si vous transmettez un message trop autoritaire, vous pourrez provoquer un sentiment d’hostilité plus ou moins conscient chez votre interlocuteur.

Un jour, dans un cadre professionnel, j’ai salué quelqu’un qui m’a tendu sa main à l’horizontale, c’est à dire avec la paume complètement parallèle au sol. Si je rajoute qu’il m’a broyé la main, vous imaginerez bien que ce brave homme est immédiatement passé à mes yeux pour un australopithèque décérébré.

Une poignée de main trop autoritaire dissimule souvent un manque de confiance en soi ou un sentiment d’infériorité. Ce malaise est alors surcompensé par des signes de confiance et d’autorité trop appuyés pour être parfaitement honnêtes.

Faites également usage avec parcimonie de la poignée à deux mains. Il peut s’agir d’un geste extrémement chaleureux et convivial, et il est donc à réserver à vos proches. Dans le cas contraire, votre interlocuteur risque de trouver que vous « en rajoutez », et doutera de votre sincérité. Ce n’est pas pour rien que les hommes politiques emploient couramment ce type de poignée de main ;)

Ouverture ou soumission ?

Jusqu’à maintenant, vous aurez compris que paume vers le bas = autorité. En revanche, en tendant votre main paume tournée légèrement vers le haut, vous envoyez un message d’ouverture et de non aggression, indiquant que vous vous soumettez symboliquement à votre interlocuteur.

C’est un geste approprié lorsque vous saluez votre supérieur hiérarchique, ou quand vous voulez présenter des excuses à quelqu’un. Certaines écoles de commerce conseillent également à leurs vendeurs d’utiliser ce type de poignée de main1. Un client a plus de chances d’acheter ce qu’on lui vend s’il ne se sent pas influencé et a l’impression de dominer l’entretien.

En revanche, évitez ce type de poignée de main si vous souhaitez vous placer sur un pied d’égalité avec votre interlocuteur.

Gérez la pression

Si l’orientation de la paume envoie un certain message, la pression compte également beaucoup. Là encore, il faut trouver le juste milieu entre le morceau de guimauve et le casse noisette.

Avez vous déjà serré une main molle comme une éponge ? Pas trés agréable, n’est-ce pas ? Ce type de poignée de main traduit souvent une introversion, un manque de détermination, d’initiative et de confiance en soi, et le refus ou la peur de s’impliquer dans une relation. En résumé, une personalité faible.

Si votre main est molle, froide et humide, vous aurez définitivement raté le premier contact, et l’effet de sympathie suscité sera trés moyen. En effet, lors des périodes de stress ou de danger, le sang quitte les extémités du corps pour irriguer les muscles des bras et des jambes, pour préparer le corps au combat ou à la fuite2.

Par conséquent, comme le sang circule moins dans les mains, celles-ci se refroidissent et transpirent, leur procurant un toucher assez semblable à celui d’un poisson mort. Vous passerez immanquablement pour un froussard mal dans sa peau.

À l’inverse, si vous serrez trop, au lieu de vous montrer extraverti et dynamique, vous passerez pour quelqu’un de trop rigide, manquant de souplesse, d’aggressif, voire, encore une fois, de dominateur.

Le bras et les distances

Les personnes qui ont un grand besoin d’espace ont tendance à tendre le bras raidi pour serrer la main. C’est le cas des populations rurales qui ont l’habitude de la vie au grand air.

Si votre besoin d’espace est plus faible que celui de votre interlocuteur, vous pourriez être surpris, et avoir l’impression qu’il cherche à vous repousser tout en vous serrant la main. Et bien, c’est sans doute le cas, même s’il s’agit d’un geste inconscient. L’autre tente de défendre son territoire. C’est aussi parfois le signe qu’il refuse de s’impliquer dans la relation.

A l’inverse, d’autres personnes ont un besoin d’espace intime beaucoup plus réduit, et se tiendront donc beaucoup plus près pour vous saluer. L’exemple des citadins japonais est peut-être le plus expressif.

Il arrive que celui que vous saluez tire sur votre bras comme pour vous attirer à lui. Peut-être manque-t-il de confiance en lui, et préfère rester sur son territoire, ou bien cherche-t-il à vous dominer ? Sinon, c’est simplement que sa bulle intime est plus réduite que la votre.

N’oubliez pas que tout est relatif

Bien entendu, tout ce que je raconte ne doit pas être mangé comme du pain béni. Gardez à l’esprit que les gens peuvent avoir de bonnes raisons de donner des poignées de main molles ou peu dynamiques.

Ceux pour qui leurs mains sont particulièrement précieuses, par exemple, ont tendance à serrer beaucoup moins que la moyenne, pour protéger leur outil de travail. C’est le cas des pianistes, des chirurgiens, etc. Si votre interlocuteur est mou, cela ne signifie pas forcément qu’il est timide, peut-être souffre-t-il simplement d’une blessure aux doigts.

Dans certaines cultures, notamment asiatiques, les poignées de main « normales » sont beaucoup moins fermes que les notres, qui sont considérées comme aggressives.

Enfin, gardez à l’esprit que les mains d’un homme peuvent exercer une pression deux fois plus importante que celle d’une femme. Un homme considérant sa poignée de main comme dynamique sera peut-être surpris d’apprendre que les femmes redoutent d’en échanger une avec lui, par peur de finir avec les doigts en sang. C’est d’autant plus désagréable quand madame porte des bagues.

La poignée de main parfaite

Depuis le début de l’article, j’ai beaucoup parlé de ce qu’il ne faut pas faire. Voici maintenant ce que je considère comme étant la poignée de main parfaite, qui vous permettra de transmettre le meilleur message corporel.

Cette poignée vous permettra de vous montrer comme quelqu’un de chaleureux, ouvert, sociable, sympathique, dynamique, sans pour autant être faible et soumis.

Avant tout, assurez vous que vos mains sont sèches, et pas trop froides. Petit truc pour les réchauffer : imaginez vous face à un bon feu de cheminée, mains tendues vers le feu. Sentez la chaleur qui envahit vos paumes, entendez les craquements du bois, et respirez l’odeur du feu. Vous devriez gagner ainsi quelques degrés.

Si vous prenez l’initiative de la poignée, tendez la main vers l’autre, la paume légèrement tournée vers la haut pour transmettre une image d’ouverture d’esprit. Si c’est l’autre qui a pris l’initiative, adoptez une distance correcte (ni trop près, ni trop loin) avant de saisir sa main.

A ce moment, vos deux paumes doivent être parfaitement à la verticale, pour vous mettre sur un pied d’égalité. Adaptez votre pression à celle de votre interlocuteur. S’il serre, serrez aussi au même niveau. S’il est mou, soyez juste un peu plus dynamiques que lui. Ne tentez pas d’avoir absolument une poignée ferme c’est le meilleur moyen de vous transformer en casse noisette ambulant.

Si vous êtes une femme qui saluez un homme, n’hésitez pas à serrer un peu plus que votre habitude. En revanche, si vous êtes une homme qui salue une femme, faites bien attention de ne pas lui broyer la main.

Il arrive que les poignées de main soient « tronquées », c’est à dire que vous ou votre interlocuteur ne saisissiez que le bout des doigts de l’autre. Auquel cas, n’hésitez pas à recommencer en saisissant sa main, et en la glissant convenablement dans la votre avec un grand sourire. Ainsi, vous montrez que cette rencontre compte pour vous.

Respectez le besoin d’espace de l’autre. S’il vous attire à lui, approchez vous légèrement. S’il vous repousse, gardez vos distances.

Avant, et pendant la poignée de main, regardez votre interlocuteur dans les yeux, tout en affichant un sourire franc et montrant les dents. S’il y a une chose qui me déplaît particulièrement, c’est lorsque quelqu’un me serre la main sans même me jeter un oeil. Profitez-en pour le saluer en prononçant son nom. Après la poignée de main, soutenez encore son regard pendant une a deux secondes.

Entraînez vous

Je suis souvent surpris de constater à quel point certaines personnes sont inconscientes d’avoir des poignées de main aussi catastrophiques. Des gens qui pensent être dynamiques alors qu’ils sont brutaux, d’autres qui pensent être calmes alors qu’ils sont mous, ou d’autres encore qui pensent être chaleureux alors que leurs mains sont moites et froides.

Pour être certain de l’effet que donne votre poignée de main, demandez à vos amis ce qu’ils en pensent. Choisissez quelqu’un de franc, qui vous dira toute la vérité. Nombreux seront désagréablement surpris. Mais c’est comme ça qu’on progresse ;)

N’oubliez pas le but premier d’une poignée de main : établir un contact pacifique, et transmettre votre meilleur message corporel. Vous n’avez plus aucune excuse pour ne plus réussir de bonnes poignées de mains.

  1. J’ai perdu mes références. Si un vrai vendeur pouvait confirmer, ça m’éviterait de raconter des con**ies []
  2. Si vous vous disputez avec quelqu’un, et que cette personne se met soudain à palir, vous feriez mieux de prendre vos distances, conseil d’ami []

Vous n'avez pas encore partagé cet article ? C'est le moment :

Partager sur Facebook

Les commentaires sont fermés.