Gérez votre stress et arrêtez de courir tout le temps

Je suis sûr que vous adorez le stress. Vous adorez être sous pression, et courir partout du lever au coucher. Vous adorez les jours ou vous êtes tellement surmené que vous n’arrivez pas à trouver 5 minutes pour faire une pause et vous détendre. Vous adorez terminer vos journées de travail comme une grosse pelote de nerfs bien tendus.

Non ? Ah bon !? Vous voulez dire que vous aimeriez bien apprendre à ne plus vivre des journées comme ça ? Ça tombe bien, c’est ce que nous allons voir dans cet article.

Le stress, notre pain quotidien

Je dois bien admettre que parfois, nous menons des vies de dingues.Entre le boulot, les trajets, les gamins, les courses, la maison, on ne s’en sort plus. Nous avons tellement de choses à faire, tant de trucs à penser que la journée passe en un éclair, sans que nous ayions pu prendre une seule minute de repos. C’est le fameux syndrome du « Je n’arrête pas de courir partout ».

Cette pression constante est un facteur de stress important : sans même nous en rendre compte, nous nous épuisons, heure après heure, jour après jour, au risque d’approcher dangeureusement de la falaise du burn-out.

Enfin, je dis nous, je devrais dire vous, parce que pour ma part, il y a longtemps que j’ai appris à éviter ce genre de journée. Je déteste le stress, et j’ai développé de nombreuses stratégies pour en débarrasser ma vie, avec je dois dire un succès assez satisfaisant. Si vous aussi, vous voulez devenir un pro de la gestion du stress, suivez ces quelques conseils.

D’où vient cette sensation de courir tout le temps ?

Cela va peut-être vous surprendre, mais cette sensation d’urgence n’est pas toujours justifiée. Je connais des personnes qui ont cette impression alors qu’ils sont parfaitement improductifs. N’avez vous jamais découvert le soir, alors que vous n’aviez pas arrêté une seconde de la journée, que vous n’aviez finalement « rien eu le temps de faire » ?

À l’inverse, il vous arrive d’abattre des montagnes de travail et de rester serein et détendu le soir. Qu’est-ce que cela signifie ?

Il y a en fait plusieurs causes qui provoquent ce sentiment d’urgence :

  • vous faites trop de choses ;
  • vous faites trop de choses en même temps ;
  • vous ne prenez pas le temps de faire des pauses.

Mettez votre agenda au régime

Première cause du stress de l’urgence : vous en faites trop ! Votre journée ne compte que 24h, votre journée de travail ne compte que 7 ou 8h, et surtout vos ressources mentales ne vous permettent d’être 100% productif que 3 ou 4h par jour. Tenez vous compte de ces limites lorsque vous planifiez votre emploi du temps ?

C’est un constat personnel qui n’a aucune valeur statistique, mais j’ai l’impression que ce sont surtout les femmes qui sont victimes de ce problème : elles veulent à la fois être une super employée, une super maman, une super conjointe, une super maîtresse de maison, etc. Cela représente une montagne de travail quotidienne que beaucoup d’hommes considéreraient comme insurmontable1.

Il faut donc développer des stratégies pour réduire la liste quotidienne des choses à faire. Organisez des roulements entre voisines pour mutualiser les gardes d’enfants à tour de rôle. Exigez de votre homme et de vos enfants qu’ils accomplissent leur part de tâches ménagères2. Soyez un peu moins maniaque quand à la propreté de votre logis (dans une certaine mesure, tout de même). Négociez une journée de travail à domicile avec votre employeur pour économiser sur les temps de trajets. Apprenez à refuser les tâches qui ne vous concernent pas directement. Tout ce qui peut alléger l’emploi du temps est bon à prendre.

Une autre cause de suractivité réside dans la difficulté à faire la différence entre ce qui est important et ce qui est urgent. Parce qu’une tâche est urgente (elle doit être accomplie immédiatement) ne signifie pas nécessairement qu’elle est importante. Nous avons souvent tendance à privilégier les tâches ayant une brève échéance aux tâches vraiment importantes. Se dégager de cette tyrannie permet de se débarrasser de nombreuses tâches parasites.

Enfin, ce qui est important pour les autres n’est pas forcément important pour vous. Il y a peut-être des activités que vous pourriez laisser tomber, pour vous concentrer sur des tâches qui vous permettraient d’avoir une plus grande influence ?

Ces différents points sont le sujet de mon livre de développement personnel préféré, Priorité aux priorités, de Stephen R. Covey, que je vous recommande chaudement.

Forcez vous à ne faire qu’une chose à la fois

Jongler entre différentes tâches est le meilleur moyen de plomber son efficacité, tout en augmentant la charge mentale déployée.

L’attention humaine est mono-tâche. Vous ne pouvez vraiment vous concentrer que sur une seule action complexe en même temps.Chaque fois que vous êtes interrompu pendant un travail complexe, ou chaque fois que vous passez d’une tâche à l’autre, il vous faut quelques secondes à quelques minutes pour parvenir à vous concentrer vraiment sur ce que vous êtes en train de faire.

De plus, le cerveau conserve une trace des tâches non terminées. J’ai lu récemment une étude3 qui expliquait que des garçons de cafés expérimentés étaient capable de mémoriser un nombre impressionnant de commandes en cours. En revanche, ils ne gardaient aucun souvenir des commandes livrées et payées.

Plus vous avez de tâches entamées, plus votre cerveau travaille pour en conserver la trace, ce qui augmente la sensation stressante d’être dépassé. Si vous effectuez une tâche après l’autre, séquentiellement, alors votre esprit est plus disponible, vous êtes plus efficace et moins sous pression.

Si vous avez vraiment du mal à vous organiser pour n’effectuer qu’une seule chose à la fois, vous pouvez étudier diveres méthodes proposées par les gourous de l’efficacité personnelle. La plus célèbre est Getting Things Done (GTD), de David Allen. Cette méthode propose un système complet pour accomplir le plus de choses possibles de la manière la plus efficace. À vous de voir si cela vous convient.

Néanmoins, gardez à l’esprit qu’il est inutile de faire plus si c’est pour faire n’importe quoi. Mieux vaut aller à l’essentiel en simplifiant son emploi du temps, avant de chercher à gagner en productivité « brute ».

Faites des pauses

Soyons honnête : malgré tous ces bons conseils, il est inévitable que certaines journées soient plus remplies que d’autres. À moins de vivre dans une caverne, je doute que le syndrôme de la « journée de fou » puisse être définitivement éliminé. Pour autant, il existe une stratégie qui permet de supporter ce genre de journées relativement sereinement : il suffit de prendre des pauses.

Il existe différents types de pauses. D’abord, la micro-pause. Toutes les 4 ou 5 minutes, ou lors d’un changement de tâche, arrêtez ce que vous êtes en train de faire, fermez les yeux, détendez vous au maximum, et prenez deux ou trois inspirations bien profondes. Cela ne vous prendra pas plus de quelques secondes. Ça n’ai l’air de rien, mais essayez de le faire sur toute la journée, vous m’en direz des nouvelles.

Vient ensuite la pause prolongée. Elle doit durer entre 5 et 15 minutes, c’est la traditionnelle « pause café ». Essayez d’en prendre une en milieu de matinée, et une l’après-midi. Levez-vous, quittez votre poste de travail, déplacez-vous, faites des étirements, massez vous la nuque et les yeux, allez à la fenêtre pour regarder le plus loin possible, et surtout, surtout, ne travaillez pas. Perdre son temps sur Facebook n’est pas non plus une option satisfaisante.

Il peut sembler paradoxal de prendre des pauses alors que vous êtes surchargé. Toutefois, ces pauses sont salutaires, elles permettent de faire redescendre l’adrénaline, la pression et le niveau de stress, et vous permettront de rester efficace au maximum toute la journée.

Il est également important de ménager des périodes de transitions quand vous passez d’une activité à une autre. Par exemple, quand vous quittez le boulot pour rentrer chez vous, ne vous jetez pas immédiatement dans vos tâches ménagères ou les devoirs des enfants. Expliquez à votre famille que vous avez besoin de vous détendre un peu, et que vous serez de nouveau disponible d’ici dix petites minutes, mais pas avant. Profitez de ce moment pour caser une mini-séance de méditation.

Devenez un pro de la gestion du stress

Ces quelques petites stratégies de gestion du stress devraient vous permettre de ne plus subir ce genre de « journées de fou », qui devraient être l’exception et non la règle. Le stress n’est pas une fatalité, et vous n’avez pas à courir partout du matin au soir, même si nous avons souvent du mal à nous persuader que nous ne pouvons pas faire autrement.

Si vous voulez en savoir plus sur la gestion du stress, vous pouvez télécharger notre méthode complète pour en finir avec le stress. Vous y trouverez de nombreux conseils et techniques pour faire du stress un mauvais souvenir.

Au plaisir !

  1. Messieurs, si vous voulez un jour faire pleurer votre femme de bonheur, offrez lui des fleurs en lui expliquant que vous êtes impressionné par la masse de travail qu’elle abat chaque jour, et offrez lui de la soulager et prenant une part plus active aux tâches ménagères. Vous m’en direz des nouvelles. []
  2. La serpillère ou la porte ! []
  3. que je ne retrouve pas quand j’en ai besoin, comme d’habitude []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *