De l’importance du changement

   Développement personnel

Pfiouuu ! Que c’est bon. Figurez vous, chères lectrices, chers lecteurs, que je viens juste d’aller courir. C’est la première fois depuis un an. Rien de tel qu’un bon footing en forêt, et une bonne douche fraiche pour se décrasser la carcasse. Surtout quand comme moi on passe beaucoup trop de temps devant son pc.

Les plus attentifs d’entre vous auront remarqué que le rythme de publication sur ce blog a serieusement diminué, depuis quelques temps. D’ailleurs, certains s’en sont même inquiétés par mail (vous êtes trop gentils). Pour tout vous dire, je suis actuellement dans une phase d’intenses changements.

Changement professionnel, d’abord, avec un nouveau job intéressant mais chronophage. Changements personnels, avec un déménagement qui s’annonce. Et puis, bouleversements qui approchent côté familial, aussi (rien de grave, rassurez vous). Bref, tout ceci fait que ce blog est un peu descendu dans la liste de mes priorités. D’autant que je travaille sur plusieurs autres projets personnels (je vous en parlerai, si vous êtes sages). À vrai dire, tous ces changements bouleversent mes habitudes, et je peine à trouver le temps pour tout ce que j’aime.

D’ailleurs, à propos d’habitudes (car je n’écris pas que pour vous raconter ma vie trépidante), j’ai remarqué quelque chose d’amusant, tout à l’heure. Dans le petit bois ou je pratique mon trottinement, je ne suis pas seul. Nous sommes même un paquet à aller courir là bas. Et, fait amusant, 95% des gens courent dans le même sens, à savoir le sens inverse des aiguilles d’une montre.

C’est un phénomène étrange, que j’avais déjà noté lorsque je courais régulièrement au zoo de Montpellier. Là aussi, tous les coureurs avançaient dans le même sens, de façon trés panurgesque, et sans vraie raison valable.

D’un côté, c’était pratique. J’avais pris l’habitude (encore une) de courir dans le sens contraire, car, n’ayant pas sans cesse un coureur devant ou derrière moi, j’étais bien plus tranquille.

Changer ses habitudes

C’est amusant de constater à quel point nos habitudes nous empèchent de nous remettre en question. Quand on est habitué à faire quelque chose, c’est comme si on portait des oeillères. On ne réfléchit plus, on ne se pose plus de questions, on avance machinalement. Il y a danger lorsque nos habitudes nous ammènent à manquer des occasions, ou à perpétuer des erreurs.

Quand un changement survient et bouleverse nos habitudes, c’est comme si on soulevait d’un coup un sac qui avant recouvrait notre tête. Sorti de l’habitude, nous voyons les choses avec un oeil neuf et attentif. Nous pouvons remarquer ce qui, avant, nous était invisible, et agir en conséquences.

C’est pour ça qu’il est bon, de temps en temps, de prendre des cures de changements. Pas la peine de déménager ou divorcer, j’ai plus simple.

Commencez par faire la chasse à vos petites habitudes, celles dont vous n’avez même plus conscience. Par exemple, le matin, je prends toujours mon petit déjeuner après ma douche. D’ailleurs, après cette douche, je m’essuie toujours les parties du corps dans le même ordre. Quand je me brosse les dents, je commence toujours du même côté. Quand j’attends le bus, je me place toujours au même endroit.

Une fois que vous aurez une petite liste d’habitudes, changez les. Pendant une journée, faites tout à l’envers. Ça n’a l’air de rien, de s’attaquer à de si petites choses, mais vous verrez que ça peut être assez déroutant. En fait, l’effet est même impressionnant, comparé à l’insignifiance de la cause.

Après ça, vous découvrirez qu’on est plus attentif, plus ouvert, de la même façon qu’on se sent mieux après un bon footing. Finalement, changer ses habitudes décrasse l’esprit comme courir décrasse le corps.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *